The Root Book

|


Rejoins-nous !
  • Écrire de la fiction à plusieurs 👥
  • facilement et pour s'amuser 🎮
  • pour commencer, reprendre ou s'entrainer à l'écriture ✍️
  • ... et pourquoi pas en participant à l'écriture d'un livre ? 📖
  • The Root Book 🌳

The Root Book facilite l'écriture collaborative

Tu veux écrire de la fiction à quatre mains, à six mains, ou même plus, facilement et sans avoir de co-auteurice ?

The Root Book est un site d'écriture collaborative unique, où n'importe qui peut participer à n'importe quelle histoire et à n'importe quel moment de l'histoire.

Quel que soit ton genre préféré - fantastique, romance, science-fiction - ta voix a sa place ici. Seule l'imagination est la limite !

L'expérience de The Root Book va bien au-delà de la simple écriture : c'est une exploration de la créativité, une rencontre avec des écrivain·e·s, une nouvelle façon de travailler ton écriture, tout en s'amusant.

La ramification des histoires

The Root Book fonctionne sur le principe d'une arborescence des chapitres : un seul prologue donne naissance à de nombreux chapitres 1, qui sont les débuts d'histoires. Chaque chapitre peut avoir autant de suites que possible, et chacune de ces suites peut à son tour se diviser en de nombreuses histoires.

Image illustrant la ramification des chapitres

Sur l'image au dessus, tu peux voir un bref exemple du chemin que peuvent prendre les histoires. Ce n'est pas parce qu'une suite est déjà écrite, qu'il ne peut pas y avoir de nouvelle ramification.

Il te suffit d'un pseudo et d'un email pour te mettre à écrire

À la suite de n'importe quel chapitre, tu peux écrire une suite, même si elle est déjà écrite. Si la direction d'une histoire ne te plaît pas, ce qui arrive à un personnage, ou un destin qui change, tu peux écrire un nouveau chapitre à l'endroit que tu veux, et ainsi proposer à tous les autres utilisateurs ta propre branche d'histoire.

Image illustrant la ramification des chapitres

Sinon, tu peux poster ton propre début d'histoire, et ainsi découvrir les nombreuses directions que ton récit pourrait prendre dans l'esprit d'autres écrivain·e·s.

Si tu as besoin d'améliorer ton écriture, tu peux relever les défis d'écriture et ainsi travailler, tout en voyant ce que les autres écrivains proposent.
Et si tu as une idée, tu peux créer ton propre défi à la suite du prologue, juste en cliquant sur la case "défi".

Beaucoup d'histoires par de nombreux auteurs

The Root Book est un site très dense, avec sa multitude d'histoires qui possèdent tous leur propre multivers. Pour t'aider à naviguer dans cet arbre géant, plusieurs outils sont à ta disposition.

L'arbre des histoires te permet de visualiser la structure de chaque histoire et de comprendre comment les différents chapitres s'articulent entre eux. C'est un excellent moyen de voir l'ensemble de l'histoire et de choisir où tu souhaites contribuer.

Notre système de tags te permet de trouver des histoires qui correspondent à tes centres d'intérêt. La page des tags. Sur chacun de tes chapitres, tu peux ajouter les tags que tu veux, même ceux que personne n'a encore utilisé !

Le Concept Unique de The Root Book

The Root Book, c'est une expérience littéraire unique que je t'invite à découvrir. Ici, la magie de l'écriture collaborative prend vie. Chaque histoire se transforme en un véritable cadavre exquis où chaque auteur apporte sa touche personnelle, pour une aventure littéraire sans pareil.

Chaque histoire possède son propre multivers !

The Root Book est porté par une association à but non lucratif, qui a pour mission de fournir un outil 100% gratuit et en ligne pour tous, afin que chacun puisse exprimer sa créativité.

Si tu es enseignant·e ou professeur et que tu souhaites utiliser notre plateforme pour ta classe, n'hésite pas à m'envoyer un message pour me poser toutes les questions. D'autres ont déjà passé le pas.

La Monnaie de l'Imagination : Les Points TRB (🌳)

Sur The Root Book, chaque action compte. Les points TRB, symbolisés par le petit arbre 🌳, sont une manière de récompenser ta participation active à la plateforme. Tu les gagnes en écrivant (que ce soit des chapitres ou des commentaires), en donnant et recevant des coups de pouce, en relevant des défis et même en faisant un don à l'association T.R.B.

Ces points ont de la valeur ! Ils peuvent te permettre d'afficher des liens vers tes réseaux sociaux, augmentant ainsi ta visibilité au-delà du site. Tu peux également proposer de nouvelles façons de les dépenser directement sur ton compte.

Nos Chiffres-Clés et des Tags

The Root Book, c'est une communauté dynamique et des histoires incroyables à découvrir.

367 auteur·rice·s inscrit·e·s
449 chapitres coécrits
157963 lectures

Voici les tags préférés sur la plateforme :
Héros (96) Fantasy (93) Concours (75) Jdr (70) Humour (63)
(Si ton genre de prédilection ne s'y trouve pas, peut-être que tu devrais envisager de créer un compte pour remédier à ce problème !)

Si jamais tu es perdu, surtout n'hésite pas

Si tu as plus de questions, il existe une FAQ.

Si tu as des suggestions ou si tu rencontres des problèmes sur le site, n'hésite pas à me contacter. Je suis là pour t'aider et répondre aux demandes dans les plus brefs délais. Tu peux me contacter via le formulaire de contact.

Un site avec de fortes valeurs collaboratives

En tant qu'association, The Root Book est ouvert à de nombreuses possibilités de partenariat. Que tu sois une association, une entreprise, un blogueur ou un influenceur, nous sommes toujours ravis d'explorer de nouvelles collaborations.

Nous disposons d'un système de visibilité efficace qui peut aider à promouvoir ton travail ou ton organisation à travers notre plateforme et notre communauté d'auteurs passionnés.

Si tu es intéressé par un partenariat avec The Root Book, n'hésite pas à prendre contact via le formulaire de contact ou à l'adresse email suivante : information.the.root.book@gmail.com.


Les derniers Défis et Chapitres

Chapitre 2 : La fille avec une frange

de l'histoire Le long manteau rouge
par saule
Concours Rêve Déjà-Vu

7 h 03. Je relis ma feuille de cette nuit. « …une fille de quatorze ans avec des lunettes et un manteau rouge. » Zut. 7 h 04. Peut-être que c’est juste mon inconscient qui m’a baladé. Si j’avais déjà vu ce manteau rouge avant, et je l’avais certainement déjà vu sans m’en…



19 lectures
0 suites

Chapitre 1 : LA FEMME TRAQUEE

de l'histoire LA FEMME TRAQUEE
par jeromegabriel
Concours Nouvelle Rêve

Je savais pertinemment que ce n'était pas un rêve comme les autres. Il revenait régulièrement, nuit après nuit. C'était vraiment rare qu'un rêve fasse ça. Il avait un autre contour que les rêves que j'avais pu connaître par ailleurs. Un contour de réalité. Une épaisseur de réa…



38 lectures
0 suites

Chapitre 1 : 0. Prologue

de l'histoire Prologue
par Azura
Début Écriture Collaboratif

L'aube naissante projetait une lueur pâle sur le cimetière endormi, où les tombes s'élevaient comme des gardiens silencieux de la mémoire. Les arbres se balançaient doucement, leurs branches nues se découpant dans le ciel blanchâtre. Une jeune femme Azura Rosemonde se tenait à côté de son pèr…



50 lectures
0 suites

Défi : Mon ami le troll

par Angeline
Début Écriture Collaboratif

A la douce lueur de plusieurs bougies , bien nichés dans l'antre d'un vieux chêne , la famille Soulier prépare leurs couchers . La forêt de brocéliande héberge bien des secrets . Les Souliers en font partie . Mery borde Ruben et Rosy en leur déposant un doux baiser sur leurs fronts d'enfant . Au moment de franchir l…



30 lectures
0 suites

Défi : Marabout / Bout de ficelle

par Lyn
Jeu D'Écriture Shiritori Marabout

Trois p'tits chats, Trois p'tits chats,Trois p'tits chats, chats, chats, Chapeau d'paille, Chapeau d'paille,Chapeau d'paille, paille, paille, Paillasson, Paillasson,Paillasson, son, son, Somnambule, Somnambule,Somnambule, bule, bule, Bulletin, Bulletin,Bulletin, tin, tin, Tintamarre, Tintamarre,Tintamarre, mare, mare, Marabout, Marabout,Marabout, bout, bout, Bout d…



105 lectures
0 suites

Défi : Les Nouveaux Dieux

par chlo_M_Molina
Début Écriture Collaboratif

Défi : Les Nouveaux Dieux   Postulat de départ :   Un dieu ne peut vivre qu’au travers des croyances de ses fidèles.   Or la population est soit devenue athée, soit monothéiste, si bien que les anciens dieux olympiens ont dépéris petit à petit, remplacés ou oubliés.   …



159 lectures
3 suites

Quelques Chapitres à ne pas oublier

Mu par la colère, Raymond vous fixe du regard et ses oreilles se mettent à fumer alors que l'ensemble de son visage vire au cramoisi. Il entrouvre la bouche pour vous invectiver mais se fige alors que vous entendez une détonation retentir. Vous vous tournez vers l'origine du bruit assourdissant, à savoir le canon d'un pistolet fumant que le capitaine brandit, le bras tendu. Pas de doute, Finley mérite bien son surnom de sanguinaire, car il ne s'agissait pas d'un tir de sommation. Vous n'osez pas vous retourner pour vérifier mais le bruit sourd du corps de Raymond qui s'effondre sur le pont ne laisse pas de place à l'incertitude : le tir a fait mouche. Vous vous demandez si votre tour est pour bientôt mais Finley ne vous laisse pas le temps de réfléchir, il est en train de hurler depuis le ponton qui continue de s'éloigner. - Ça va, Poulpito ? Tu veux un massage et un petit cocktail, peut-être ? Ou tu vas finir par te magner et nous récupérer ? - Oui, oui, j'arrive de suite ! baffouillez-vous à l'attention du capitaine. Vous vous précipitez vers la zone qui vous semble dédiée à la navigation, afin d'obéir au capitaine et de ramener le bateau à quai. Mais vous commencez également à vous questionner alors que vous réalisez que vous aviez dû surévaluer le nombre de pirates restés sur le Perroquet Rouillé. Le navire semble désert à présent. Pourquoi faudrait-il revenir ? Et si le capitaine vous punissait quand même, une fois le bateau restitué ? Et si la vie de récureur en chef des cuisines n'était pas faite pour vous ? Après tout, vous pourriez peut-être voler le navire et vivre votre propre aventure ! Mais la question qui vous préoccupe le plus reste la suivante : comment dirige-t-on un navire ?

Chapitre 9 :
Vous manœuvrez ?

de l'histoire
Poulpito
par BanjiBanjo
Pirate Poulpito Héros

          Comment avez-vous pu confondre un navire pirate avec un navire marchand, vous vous le demandez. Peut-être était-ce dû à l'absence de vent au port, laissant ainsi le pavillon noir tomber le long du mat comme un vieux torchon mouillé et qui, maintenant, battait et claquait en arborant fièrement la tête de mort. Vous auriez dû écouter Maman et Papa, mais il était trop tard, maintenant.           Vous émettez un rire nerveux que vous espérez plus confiant et grave qu'il ne sonnait à vos oreilles et clamez haut et fort que vous avez toujours rêvé de devenir pirate et que c'était l'opportunité de votre vie. Intérieurement, vous pleurez. - Content de t'voir aussi enthousiaste ! S'exclame Eddy en posant une lourde main sur votre épaule. On va faire de toi un vrai pirate, tu peux m'croire. C'est quoi ton arme préférée ? Le sabre ? Le pistolet ? Tu vas en avoir besoin pour survivre sur ces mers traîtresses.           Cela vous semblait de moins en moins probable. La seule arme que vous ayez jamais maniée est une plume dont la pointe était mal taillée et faisait baver l'encre sur la feuille. Vous ne l'aviez même pas prise avec vous. Maman ne vous a jamais laissé vous approcher d'une lame et Papa a toujours eut peur des coups de feu. Et la seule fois où vous avez tenté de vous défendre, vous vous êtes brisé le poing sur la mâchoire de votre adversaire.           La main d'Eddy se resserre et ses yeux se plissent. Vous transpirez.

Chapitre 2 :
Vous vous résignez

de l'histoire
Poulpito
par Athelard
Pirate Poulpito Héros

Ma conscience est légère, libre. Elle flotte, vole, se déplace sans contraintes. Tout autour de moi est sombre. Vide, plutôt ? Il me semble en effet ne rien y avoir. Un rien infini et insondable. Mais je suis bien. Tranquille. Sereine.   Il me semble ne plus rien ressentir, en dehors de ma propre conscience. Tout semble s'être arrêté, figé, et je batifole dans le néant. J'imagine la sensation du vent du vide sur mon visage disparu, j'imagine la lumière du vide éclater à mes yeux envolés, j'imagine le bruit du vide bourdonner à mes oreilles manquantes, j'imagine le goût du vide dans mon palais absent. Et tout cela serait doux, léger, agréable, bon.   Comme une feuille tombée à l'automne dans le vent, ma conscience volette, béate, dans un néant primordial.   Cet état de bonheur absolu, que j'espérai pouvoir durer indéfiniment, s'interrompt malheureusement au bout d'une durée indéterminée. Ma conscience semble en effet maintenant figée, comme ancrée. Arrivée à destination. A bon port ?   Néanmoins, je ressens que je suis encore dans un état de confort agréable. Même si mes mouvements sont limités par des parois proches, je flotte dans un liquide chaud et nourricier. Je me sens protégée, aimée, au centre de l'attention. Des battements périodiques ronronnent et m'indiquent que tout va bien. J'entends de temps à autre un loin vibrato qui semble m'être adressé, et qui m’apaise. Je suis bien. Je suis calme. Je suis heureuse.   Jusqu'à ce que les calmes battements périodiques s'accélèrent. Que le loin vibrato devienne plus brusque, rauque et aiguë. Que les parois se mettent à me cogner dessus. Que le liquide chaud et nourricier commence à s'évacuer. Je me sens emportée. Je me sens poussée. Je me sens traînée. Un goulot d'étranglement appuie sur ma tête. Ça me fait mal. On me pousse, on m'agrippe, on hurle. La tête a passé le goulot d’étranglement, et j'ai froid. De multiples sons brusques agressent mes oreilles. Mon frêle corps commence à passer le goulot d’étranglement. J'ai l'impression que beaucoup de choses s’excitent, s'égosillent et s'éparpillent autour de moi. Mon corps boudiné racle contre le goulot d'étranglement, tandis que ce dernier semble me pousser vers la sortie. Ça y est, mes pieds pendent dans le vide. J'ai froid. Je ressens une grande douleur dans mon dos. Quelque chose vient de me taper. En réaction, ma bouche s'ouvre. Une grande goulée d'air s'engouffre à l'intérieur. Ça m'irrite. Ça me brûle. J'ai l'impression que quelque-chose se déplie à l'intérieur de moi, tandis que je me gonfle d'air brûlant. Je hurle devant tant d'agressions soudaines. Comment peut-on passer d'un état de béatitude à ce déchaînement de violence en si peu de temps. Je hurle. Je ressens mes bras boudinés qui font des moulinets, tandis que mes petites jambes donnent des coups dans le vide. J'ai froid. J'ai mal. Je brûle de l'intérieur. La lumière vive agresse mes pupilles, et je referme les paupières immédiatement. Je ressens une douleur au nombril. Et une sensation de perte, d'abandon.   Du bruit partout. Du mouvement. De l'eau froide sur mon corps. On me baigne, on me lave, on me frictionne et on me place dans un linge. Je pleure encore et toujours. Du bruit. Du mouvement. J'ai l'impression qu'il fait plus froid. Et d'être entrée dans une salle immense, infini. On me porte, on me lève. Une clameur infinie agresse mes oreilles, venant d'en bas, du fond, de la droite, de la gauche, de partout. Je me sens pendre au-dessus du vide.   Tout cela est bien trop. Ma conscience est fatiguée. Elle semble revenir à un état simple, basique. Reptilien. J'ai froid. J'ai faim. J'ai sommeil.   -Ouin !!!   --------------------------   Je suis débout sur un tapis rouge, la tête levée vers mon papa. Il se trouve debout devant moi, habillé de vêtements brillants et jolis, sa main droite posée sur mon front. Il me regarde en souriant. Sa voix grave résonne dans la grande salle bondée :   -Par les pouvoirs divins qui m'ont été confiés de mon père, moi, Roi Chah-Ras II, monarque du royaume Khomme-Un et de sa magnifique capitale Thiercelieux, baptise ma fille sise devant moi, âgée aujourd'hui de trois ans, du prénom de Fefo. Dieux devant lesquels nous nous prosternons platement, nous vous remercions de lui reconnaître le droit de vivre.   Il me fait signe d'ouvrir la bouche. Il me glisse un bout de pain dans la bouche, me verse de l'eau fraîche sur le front, puis me demande de me tourner. Je suis alors en face de l'immense grande cathédrale, pleine de monde. J'ai peur devant toute cette foule, mais je sens les mains puissantes et protectrices de papa se poser sur mes épaules :   -Mes chers et aimés sujets, veuillez reconnaître ma fille sise devant moi comme la nouvelle princesse Fefo. Elle deviendra, je le sais, une sage et grande Reine digne de notre auguste famille royale, à même de mener, par de grandes et bonnes décisions, la destinée du royaume, et de le faire rayonner aux yeux du monde entier. Messieurs, mesdames, faites un triomphe pour la princesse Fefo !   Des vivats, des hourras et des sifflements remplissent la grande salle de bruit, me faisant mal aux oreilles. Des chapeaux volent, des gens tapent dans leurs mains. Mais les gens âgés des premiers rangs me regardent bizarrement. Comme s'ils n'étaient pas contents.   --------------------------   Mes six ans viennent de sonner. Je profite d'un peu de répit après la fête, seule dans une petite pièce du château avec Mère :   -Mère, j'ai une question.   -Je t'en prie, ma fille.   -Pourquoi est-ce que je m'appelle Fefo ?   Elle me regarde et sourit bizarrement.   -C'est ton père qui a choisi. Il m'a dit que l'idée lui était venue soudainement quelques jours avant ta naissance. Comme une évidence. Comme un cadeau des Dieux. Il ne m'en avait jamais parlé avant la Cérémonie du Prénom. Pourquoi cette question ?   -Un garçon s'est moqué de mon prénom lors de la fête. Il m'a dit que c'était un prénom très moche. Et... c'est vrai que ce n'est pas très beau. Je n'aime pas beaucoup.   Mère m'ébouriffe les cheveux en souriant :   -Ce n'est qu'un prénom, ma fille. Même s'il est... particulier, c'est le tien, et il te démarque des autres. Ne te fais pas de soucis avec ça. Qui est le garçon qui t'a dit ça ?   -Le grand Miso. Il est beau mais il est méchant avec moi.   -Ah, le fils du primo-conseiller Gin. Tu n'as qu'à lui dire que son prénom aussi n'est pas beau.   Je soupire :   -Mère... est-ce que je pourrais le changer, quand je serais Reine ?   Son regard change légèrement, plus triste :   -Oui, je suppose que tu prendras un nouveau nom royal. Mais...   Comme elle ne termine pas sa phrase, je la relance :   -Mais ?   -Je... tu es trop jeune pour comprendre ce qu'il se passe. » Un sourire réapparaît sur son visage « Il était bon le gâteau d'anniversaire ?   --------------------------   -Mère, pourquoi pleurez-vous ? Et qu'est-ce que ce bleu à votre œil ?   Mère tente de retenir ses larmes et tourne sa tête :   -Ce... ce n'est rien. Tu ne peux pas comprendre.   -Mère, j'ai neuf ans, je commence à être grande, j'ai le droit de savoir. Si je dois devenir Reine un jour, il faut que je commence à savoir et ne plus être prise pour une enfant !   -Ma fille...   Elle soupire et tourne son œil violet vers moi :   -Je ne sais pas si tu vas être Reine un jour.   Je la regarde, stupéfaite :   -Quoi ? Pourquoi ?   -Ma petite Fefo... Des gens à la cour ne veulent pas que tu deviennes Reine un jour. Ils poussent tous les jours ton père pour qu'il ait un fils et qu'il devienne le futur Roi.   -C'est le primo-conseiller Gin ?   -Oui. Et il a pratiquement réussi à rallier la totalité de la chambre des ducs et la congrégation des grands prêtres à sa cause.   -C'est pour ça que Miso et la plupart des autres enfants de la cours m'embêtent tout le temps... Je croyais seulement que c'était parce que j'avais battu Miso à la course à cheval.   -Oui, ma fille. Ton père t'aime beaucoup, mais il commence petit à petit à changer d'avis à propos de sa succession. Il m'a demandé de lui donner un fils. J'ai refusé. Il s'est énervé et, dans un accès incontrôlé, m'a frappée. Il s'en est heureusement tout de suite voulu. Je vais tenter de le repousser tout le temps que je peux, mais j'ai peur que le poison que lui distillent chaque jour ses conseillers ne finisse par triompher. Il faut que tu sois forte, ma fille, et que tu lui montres tous les jours qu'il n'a pas besoin de fils, et que tu seras une excellente Reine. Promets-le-moi, ma fille.   Je prends ma mère dans mes bras :   -Je vous le promets, Mère.

Chapitre 18 :
Princesse Fefo-part 1

de l'histoire
Lune sanglante
par Wargen
Fantasy Chaperon Rouge Conte

Me retournant, un joli lac s'offre à ma vue. Il est alimenté par une petite cascade provenant d'une partie de la forêt plus élevée, sûrement là d'où je venais après ma folle chute. Le rideau d'eau semble cacher un recoin dans des rochers, comme s'il s'y trouvait une petite grotte. Le trop-plein du lac s'échappe de façon sinueuse dans un petit ruisseau qui se perd dans la végétation alentour.Formant un trou dans la canopée, le lac est dardé de rayons rouges en provenance de la lune sanglante, donnant une teinte violette aux vaguelettes d'eau formé par la cascade. En dehors de la petite clairière dans laquelle j'ai atterris après ma chute, tout le pourtour du lac est entouré d'une végétation plus ou moins dense, formé de fougères surmontés de hauts arbres. Mais au contraire de ceux qui semblaient s’accrocher à moi de manière farouche lors de ma course poursuite, voulant me lacérer ou m'écorcher, la végétation semble douce, arrondie et accueillante.Cependant, le plus marquant reste la chose qui émerge du centre du lac. Le buste, les bras et la tête d'une forme féminine vaguement humaine, dont le bas du corps reste invisible sous la couche d'eau. La forme semble présenter une couleur bleu laiteux, comme aquatique, même si elle tire sur le violet avec les rayons de lune. Et ces yeux, sans pupilles, d'un blanc éclatant. Qui restent immobiles à me regarder. Immobiles comme l'ensemble du corps. Comme s'il s'agissait d'une statue.Dans un silence pesant en dehors de la chute d'eau, je tente de prendre contact :-Bon... bonsoir ! Qui... qui êtes-vous ?Pas de réponse. La forme ne semble même pas bouger. Je regarde dans mon dos, dans la direction prise par la chose qu'était devenu Poucet. Pas de signe de vie. Revenant face au lac, rien ne semble avoir bougé. Sauf que la forme semble s'être avancée que quelques mètres dans ma direction. Une vive décharge se propage dans mon dos. Il ne faut pas rester ici ! Un bruit, par-dessus le clapotement de l’eau. C’est léger, difficile à définir. On dirait une douce musique lancinante, mais apaisante. Ce n’est pas menaçant, mais ne me rassure pas. Par réflexe, ayant totalement oublié Poucet et repensant à Herta et Michon, de préfère de m’éloigner de la mare. Le son n’est pas monotone. C’est bizarre. Comme s’il y avait un flux et un reflux. On dirait qu’il y a une voix qui sourdre. Comme une douce mélopée. Et tout à coup, je l’entends et la comprends clairement :-Viens avec moi !Je m’arrête, peu rassurée. Je regarde devant, à droite et à gauche, mais ne voit rien bouger.-Reviens !Je n’arrive pas à comprendre.-Viens !Je ne sais pas si la voix parvient à mes oreilles, ou si elle s’imprime directement dans ma tête.-Ne me laisse pas !La voix reste douce et vaporeuse. Mais elle n’est pas suppliante. Il semble juste y vibrer une certaine mélancolie ou tristesse. Le clapotement maintenant lointain de la cascade ne semble pas provenir du même plan que ces paroles. Je me retourne, comprenant que cela ne peut venir que de la femme aquatique. Elle est encore là.-Oui, reviens avec moi…Malgré la distance qui nous sépare maintenant, je vois sa fine silhouette au centre d’une forme plus ou moins circulaire délimitée par le feuillage de l’épaisse forêt alentour et de la terre meuble du chemin.-…ne reste pas là…Sa silhouette est sombre, dans le contre-jour de la faible clarté violacée des eaux du lac éclairée par les rayons de la lune rouge.-…la forêt est dangereuse…Mais je remarque qu’elle n’a pas bougée, stationnée au bord du lac, ayant seulement levé les deux bras, tendus dans ma direction.-Je t’en prie, petite jonquille !Rien ne semble menaçant, mais cette situation ne m’inspire pas confiance. Et il ne faut pas perdre de temps, la sorcière pouvant débarquer à tout moment. Je me tourne et commence à reprendre mon chemin.-Non, ne t’en vas pas !La voix semble devenir suppliante. Mais elle reste douce et apaisante. Je ralentis le pas et m’arrête. Je suis déroutée, je ne sais que faire. Je me retourne de nouveau. La fine silhouette est toujours là, plus petite avec la distance.-Reviens avec moi…Et si jamais… La sorcière. Et Herta et Michon. Ils vont s’inquiéter.-…reviens te protéger dans le lac.Confuse, je bredouille, tout doucement :-Mais… pourquoi ?-Tu seras en sécurité.La voix est douce et apaisante. Mais un courant glacé court le long de mon dos. Je remarque seulement que le son de sa voix lancinante n’a pas baissé alors que la distance nous éloigne et que je n’entends presque plus le clapotement de l’eau. Un nouveau bafouillement sort de ma bouche :-J’ai p…peur.-Il ne faut pas… Viens en sécurité avec moi… Petit nénuphar…-Mais… mes amis. Et la sorcière ?-Ne crains rien… La forêt est dangereuse… Reviens avec moi…La voix n’a pas changé, et est toujours aussi douce, vaporeuse et mélancolique. La trace de supplication a disparue. La mélodie est apaisante.-Mes… mes amis. Il faut que je les retrouve.Malgré la distance, j’ai l’impression que la silhouette ne bouge pas d’un pouce. Cette situation étrange me parait irréelle. Ce qui fait beaucoup trop depuis le début de la nuit.-Reviens avec moi… Tu les retrouveras…Je reste stupéfaite à ces paroles.-Reviens au lac…-Mes… mes amis y sont ?-Oui… ils vont venir… viens les retrouver… quitte cette forêt hantée…Je suis tiraillée. Comment auraient-ils pu venir au lac… Je fais quelques pas dans sa direction.-Viens te protéger…Ils vont venir, avait-elle dit. Cela veut donc dire qu’ils n’y étaient pas encore. Comment sait-elle qu’ils viendraient ici ? Je m’arrête, indécise.-Viens les rejoindre…Malgré mes indécisions, la voix est toujours calme et lancinante. Je remarque que, lors de mon échappée, des bouts de gâteau phosphorescent sont tombés et semblent indiqué le chemin du lac. Il fallait seulement espérer qu’ils trouvent mon temps de retour bien long et qu’ils se décident de suivre la piste. S'ils ne tombaient pas sur Poucet.-Viens rejoindre les autres…Je sursaute. Et bredouille :-Que… quels autres ?-Viens rejoindre le lac… tu y retrouveras tes amis…-Oui, mais les… les autres ?-Viens les rejoindre…Je recommence à avancer lentement dans la direction du lac.-Viens rejoindre ton grand-père…Je m’arrête. Et blêmis-Viens rejoindre tes parents…Je me retourne d’une traite, et prends mes jambes à mon cou. La voix est toujours aussi douce, apaisante, mélancolique. Mais sa puissance diminue petit à petit.-Non… Ne pars pas, reviens… Ne me laisse pas… Fais attention… La forêt est dangereuse… Prends garde à toi, petit iris…Avant de s’éteindre définitivement dans un long murmure :-Je t’aime… Prend garde… A la bête…  Je suis affolée. Je cours pour m’échapper de cet endroit anxiogène. La pénombre m'entoure de plus en plus, mais je ne fais pas attention. M'enfuir, vite.Pourquoi ?Pourquoi quoi ?Pourquoi m'enfuir ? Ou pourquoi m'arrive-t-il tout cela depuis le début de la nuit ?Ne te pose pas de question. Cours, petite Eden, cours. Fais attention aux buissons, reste sur le chemin.Où ça ? Il n'y a plus de chemin. Tout est noir.Ouvre les yeux, ne pleure pas. Regarde où tu vas, tu as manqué de tomber par terre !Qu'a-t-elle voulu dire ?Qui ça ?Je ne sais pas. Je ne sais plus. Je suis perdue.Non, tu n'es pas perdue, fuis, petite Eden, fuis.Le lac. Le femme dénudée.Non, n'y penses plus.Pourquoi rejoindre Grand-Père, Père et Mère ?Regarde où tu cours, tu vas te perdre. Ne pense plus à ça. Regarde, tu as pris le mauvais chemin, il n'y a plus de bout de gâteaux devant toi, tu cours depuis tout à l'heure dans le noir. Reviens en arrière, retrouve le chemin.Mais si je reviens en arrière, je pourrais revenir vers le lac. Je pourrais avoir des réponses à mes questions. Pourquoi rejoindre Grand-Père, Père et Mère ?Tu le sais très bien. N'y penses pas. Cours rejoindre les autres.Quels autres ? Grand-Père ? Père ? Mère ? Tu le sais aussi bien que moi, ils sont morts.C'est pour ça, oublie ce que tu as entendu. Ne reste pas seule, retrouve Herta et Michon.Mais elle a dit qu'ils viendraient au lac. Peut-être y sont-ils déjà ?-Non !Je m'arrête brusquement. Qui a dit ça ? Je regarde autour de moi. Tout est sombre et immobile. Je frissonne. D'où est-ce que ça vient ?De toi, ma petite Eden. C'est toi qui vient de parler.C'est sûr ?-Oui.Et là ? J'ai l'impression d'avoir vu bouger quelque chose !-Tu es sûre ? Je n'ai rien entendu...Je deviens folle. Je me parle dans ma tête. Je me parle à voie haute, et je ne m'en rends pas compte. Je suis fatiguée. J'ai peur. Je veux rejoindre Herta et Michon au lac.-Non ! Ne fais pas ça, retrouve les tant qu'il est encore temps. Tiens, regarde, ça brille. Tu as retrouvé ta piste. Ne la perd pas maintenant.Je suis essoufflée, je suis terrorisée. Je pense que je suis plus près du lac que des autres.-N'y pense même pas.Pourquoi ? Pourquoi a-t-elle dit que je les retrouverais au lac, avec Grand-Père, Mère et Père ?-Prend à droite. Voilà, comme ça, c'est bien, n'ai pas peur.Je me mets à crier :-Mais j'ai peur. Je veux retrouver Herta et Michon !J'ai l'impression de percevoir un nouveau mouvement sur ma droite. Mais est-ce vrai ? Il n'y a eu aucun bruissement.Chut, ne crie pas, on ne sait jamais ce qui peut traîner dans cette forêt...Je chuchote d'une voix tremblotante :-Je veux retrouver Herta et Michon. Je veux retrouver Père et Mère.Pour les deux premiers, il n'est peut-être pas trop tard, -Cours les rejoindre.Que...qu'est-ce que tu veux dire par :  « il n'est peut-être pas trop tard » ? -Tu penses que... qu'ils sont morts ?Ah ton avis, pourquoi a-t-elle dit :  -  « ils vont venir » ? Elle a utilisé le futur, ce n'est peut-être pas trop tard !Je ne comprends pas.-Moi oui. Alors écoute moi. Continue ton chemin. Voilà. Presse un peu le pas. Cours rejoindre Herta et Michon. Et ne te pose pas de question.Je crois que je suis folle. Je ne sais pas. Je ne sais plus. -Tu es sûre que j'ai fait le bon choix ?Oui. -Je suis sûre, fais moi confiance. N'ai pas peur. -Et regarde où tu... La racine est épaisse et visible sous le peu de luminosité. Mais je suis trop concentrée intérieurement. La chute est brutale. Je tombe sur le ventre. Le capuchon amorti le choc, mais mes deux mains en avant s'écorchent sur quelques cailloux invisibles. L'épingle de mon capuchon imprime tout de même sa marque dans la chair de mes seins, et j'ai le goût de la terre en bouche.En relevant lentement la tête, je me rends compte que je suis seule, en pleine nuit au milieu d'une forêt inconnue tellement dense qu'elle laisse à peine transpercer quelques rayons d'une lune rougeâtre. Tout semble immobile, comme mort. J'ai l'impression d'à peine distinguer quelques longues branches fines dénudées et tombantes.A moins que cela ne soit d'énormes doigts squelettiques.-Ne recommence pas !Chut ! J'ai l'impression que ça a encore bougé. Je me remets debout, et reprend ma course. Je tente tant bien que mal de faire taire ces voix dans ma tête. La piste est facile à suivre. Un frisson parcours mon échine. Encore un mouvement dans les buissons. Suivis d'un hurlement inhumain.

Chapitre 8 :
L'eau de là

de l'histoire
Lune sanglante
par Wargen
Fantasy Chaperon Rouge Conte

✍️ Participation à la vie du site :
🌸🦋 Printemps 2024 🦋🌸

Lyn est en tête de la course avec un impressionnant total de 1279 🌳 !



Bat.Jacl est à ses trousses avec 842 🌳 !



Laurent fait une belle performance avec 540 🌳. Continue comme ça !



chlo_M_Molina et ses 471 🌳 se battent pour une place sur le podium.



Athelard atteint un score honorable de 354 🌳.


La légende raconte que les "🌳" sont des points TRB, précieux comme des carats pour un diamant sur The Root Book. Curieux de savoir comment en gagner ?
Découvrez les secrets dans les règles du jeu situées en bas de cette page.
Ton total de points TRB est visible sur ton profil, où tu peux également les utiliser pour débloquer des avantages exclusifs tels que des liens vers ton site web, tes livres ou tes réseaux sociaux.

Si tu veux découvrir les anciens classements.

Les auteurs en vogue

Ceux et celles à la limite du flood



Bat.Jacl

a publié 76 chapitres.


Wargen

a publié 63 chapitres.


Lyn

a publié 42 chapitres.

Les commentateur·euse·s



Bat.Jacl

a écrit un total de 368 commentaires.


Lyn

a écrit un total de 164 commentaires.


helhiv

a écrit un total de 61 commentaires.

Les semeur·euse·s de graines



Les chapitres de

Bat.Jacl

ont engendré 63 suites.


Les chapitres de

Wargen

ont engendré 63 suites.


Les chapitres de

Lyn

ont engendré 35 suites.

Inscris-toi pour rejoindre l'aventure !

Écris tes propres suites, ou vote pour tes préférences.

S'inscrire




Des valeurs qui te parlent ?
Passionné·e d'écriture collaborative ?

Tu peux nous aider à partir d'un seul euro !

Copyright © The Root Book 2024